Alors que les festivités du Mama Festival battaient leur plein dans le 18ème à Paris, une étude (très) inquiétante à vu le jour.

Les collectifs CURA et la GAM ont publié une étude qui fait froid dans le dos. Inspirée du sondage ‘Health & Wellbeing Survey‘, réalisée en 2014 par l’organisation britannique ‘Help Musicians UK‘, cette nouvelle étude a été menée sur un échantillon de 503 individus – entre mai et septembre 2019.

L’objet de cette enquête : faire le bilan de la santé mentale et du bien être des acteurs de l’industrie musicale (artistes et professionnels).

 

Portrait des répondants

Sur les 503 personnes interrogées, 51% à avoir répondu sont des femmes, 48% des hommes et 1% non renseigné. Pour la majorité (64%) ils sont âgés entre 25 et 45 ans.
55% des répondants sont des artistes; et 45% des professionnel(les) de la musique.

On se rend compte qu’une majorité d’hommes exercent les métiers d’ingénieur du son, de réalisateur artistique et de direction artistique, quand les femmes sont majoritaires dans les métiers de chef de projet, de la communication, du marketing, de l’administratif, de l’édition et du booking.

La majorité exerce son métier depuis moins de 10 ans.
Et 7 personnes interrogées sur 10 n’ont pas d’enfant.

 

Des chiffres alarmants

Les résultats sont sans appel !

D’après cette étude :
– 4 individus sur 5 souffriraient de troubles du sommeil, de mauvaises habitudes alimentaires et manqueraient d’exercice physique;
– 4 individus sur 5 souffriraient d’anxiété quant à leur avenir professionnel, et de pression liée à leurs performances ainsi qu’aux attentes et aux résultats;
– 4 individus sur 5 éprouveraient (parfois ou souvent) une sensation de déprime;
– 43% disent avoir (parfois ou souvent) des problèmes d’alcool, contre 10% des adultes français; et 30% des problèmes de drogues et d’addiction;
– 1 femme sur 2 travaillant dans l’industrie musicale aurait été victime de harcèlement moral;
– et 31% des répondantes disent avoir été victimes, au moins une fois, de harcèlement sexuel (soit presque 1 femme sur 3)…

Ainsi, si on dresse le bilan, on se rend compte que manque de sommeil, anxiété, alcool, stress… font partie du quotidien de ceux qui ont fait de la musique leur métier. Sans oublier le harcèlement sexuel et moral pour les femmes travaillant dans cette industrie.
Une Tribune avait d’ailleurs été publiée par Télérama en avril dernier.

Même si les résultats sont à prendre avec beaucoup de précaution, cela appelle en tout cas à la réflexion.

 

L’étude complète est à retrouver par ici

 
 
 

Partagez cet article !