La quantité de disques à vendre pour obtenir un Disque d’Or est comme la banquise,  elle fond  d’année en année… Concrètement, où en sommes-nous aujourd’hui ?

Or, Diamant, Platine, qu’est-ce qu’une certification ?

Un disque de certification est une récompense remise à un artiste pour souligner qu’un album musical ou un single s’est vendu à un certain nombre d’exemplaires. Depuis leurs créations, ces certifications ont été déclinées selon différents seuils (Or, Diamant, Platine ) en fonction des quantités de vente atteintes.

Dans les années 1950, les maisons de disques ont commencé à décerner différentes récompenses pour souligner les ventes de leurs artistes respectifs. Le terme Disque d’Or commence dès lors à apparaître dans la presse. Afin d’homogénéiser les seuils d’attribution et de réguler les abus, les associations représentant l’industrie du disque mettent en place un cadre officiel pour la remise de ces récompenses. C’est en 1973 qu’un cadre fut posé pour la remise de récompense.

Thriller_platinum_record,_Hard_Rock_Cafe_Hollywood

Mode d’emploi :

Aujourd’hui en France les différentes certifications pour les albums s’établissent comme suit :

Disque d’Or (50 000 exemplaires vendus)

Disque de Platine (100 000 exemplaires)

Disque de Diamant (500 000 exemplaires)

Le site Panels Culture du groupe GFK permet de connaître l’état des ventes au détail d’un disque, semaine par semaine. Mais la certification porte également sur les ventes de disques entre la maison de disques et les grossistes et distributeurs. Cela prend donc en compte les chiffres des mises en bac.  Une grosse mise en place permet donc une certification assurée, même si la vente effective ne sera finalisée que plus tard.

 

Qui sont les gardiens du « temple » en France ?

En France, les récompenses sont certifiées par le Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP) et l’Union des Producteur Phonographique Français Indépendants (UPFI).

Comment sont intégrés nos nouveaux modes de « consommation » de la musique?

La chute des ventes de disques mais pas du nombre d’écoutes  ont obligé le SNEP  et l’UPFI  à adapter les certifications à ces nouvelles réalités.

Le chiffre pour obtenir un Disque d’Or Album a été divisé par deux entre 1973 et aujourd’hui. Quant au Disque d’Or « Single », il  a fondu comme neige au soleil, passant  de 500 000 à 75 000 sur la même période.

Outre le téléchargement déjà intégré, le streaming a fait son apparition cette année dans le comptage des ventes d’album. En effet le classement des meilleures ventes prend en compte désormais les écoutes des titres (les albums stréamés étant convertis en « équivalents ventes » moyennant une pondération).

Rendez-vous en 2018 pour connaitre d’éventuelles nouvelles modifications d’un marché en constante évolution.

Partagez cet article !