Selon une étude publiée le 20 novembre dernier, on apprend que des chercheurs de l’Institut de neurologie de Montréal ont découvert qu’il était possible d’influer sur le plaisir provoqué par l’écoute d’une musique.

En fait, c’est très simple.

Grâce à la SMT (Stimulation Magnétique Transcrânienne), les chercheurs ont découvert qu’en bidouillant dans notre cerveau, il était tout à fait possible d’influencer notre ressenti à écouter de la musique… Un peu comme si l’on s’amusait avec le bouton de volume de notre chaîne stéréo ; sauf que, là, c’est avec notre plaisir qu’il est possible de jouer.

COMMENT ÇA MARCHE ?

La technique consiste à stimuler ou inhiber certaines zones du cerveau en leur envoyant un champ magnétique. En stimulant ainsi une zone appelée « cortex préfrontal dorsolatéral gauche » chez 17 participants, les chercheurs ont fait augmenter le plaisir qu’ils ressentaient en écoutant de la musique. En inhibant la même zone, leur plaisir diminuait.

Au cours de trois séances distinctes, les chercheurs ont appliqué une SMT excitatrice, inhibitrice ou neutre. Les participants ont ensuite écouté leurs pièces musicales de prédilection et des pièces choisies par les chercheurs. Ils devaient alors attribuer un score en temps réel au plaisir qu’ils éprouvaient pendant que les chercheurs mesuraient leurs réponses psychophysiologiques.

Ainsi, il est apparu Les chercheurs ont déterminé par comparaison à la séance témoin que la SMT excitatrice avait amélioré l’appréciation de la musique, augmenté les scores des mesures psychophysiologiques de l’émotion et la motivation des participants à acheter des pièces musicales. La SMT inhibitrice, quant à elle, avait réduit tous ces paramètres.

Ce qui est tout aussi intéressant, c’est que cela fonctionne autant avec les morceaux de prédilections des participants, que ceux imposés par les chercheurs.

CONCLUSION

Cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre certaines maladies comme le Parkinson ou la dépression.

Toutefois, on se rend compte que notre cerveau est « facilement » manipulable…
À quand un casque audio à impulsion électrique ?
 
 
 

Partagez cet article !