En janvier 2016, l’énigmatique duo français « The Blaze » lâchait sur la toile son tout premier titre « Virile ». On y découvrait alors un clip quasi hypnotique, réelle ode à l’amour, à la fraternité et à la liberté. Appuyé par une musique électro entêtante/envoûtante, il n’en fallait pas plus pour que le groupe se fasse repérer.

Un peu plus d’un an après, voilà qu’ils récidivent et sortent le clip de « Territory », extrait de leur 1er EP éponyme. D’une durée de 5’’37, le clip nous plonge encore une fois dans un univers à l’esthétique cinématographique, où délicatesse et animalité se mélangent, se confondent. Et là… cette fois-ci, c’est toute la toile qui s’affole !
Un mois à peine après sa mise en ligne, le clip atteint les 1.6 millions de vues et est relayé par des médias tels que le New York Times et The Guardian.

En juin dernier, la vidéo remporte même le Film Craft Grand Prix, à Cannes.

Captivés par le phénomène, nous avons décidé d’en décrypter le succès.

LE POUVOIR DES IMAGES

La musique de The Blaze tire sa force des images de leurs vidéos ; tout autant que leurs vidéos se retrouvent sublimées par la musique de The Blaze. À moins que ce ne soit l’inverse …

Dans tous les cas, c’est un duo 100% gagnant-gagnant où musique et images ne font qu’un; et où tout semble être parfaitement pensé et millimétré. Et ce n’est pas Barry Jenkins qui nous contredirait, qualifiant la vidéo de « Territory » comme étant « LA meilleure oeuvre d’art qu’il ait pu voir en 2017 ! »

Nous voilà donc enivrés, transportés par la beauté des images, de l’histoire qu’elles racontent et de la mélodie brute et émotionnelle qui l’illustre.

MYSTÈRE, MYSTÈRE

Mais, au-delà de tout ça, ce qu’il y a de plus captivant dans leurs vidéos, c’est la part de mystère. Et le mystère, c’est une chose que le jeune duo connaît bien.

En janvier 2016 c’est la chaîne YouTube de (feu !) Bromance Records qui va diffuser le 1er titre de The Blaze, « Virile« . En parallèle, le titre va également paraître sur la compilation Homieland Vol. 2 du label. Mais, rien de plus ! Les interviews sont rares. Et même lorsqu’ils en donnent une, les garçons restent très discrets.

Alors bien sûr, il n’en fallait pas plus pour que la toile s’agite, se questionne, se demande qui ils sont, ce qu’ils font, d’où ils viennent.

Pour résumer, le peu de choses que l’on sait est qu’ils sont deux cousins; et qu’ils ont a cœur de mettre l’image et la musique sur un même piédestal. Et, finalement, c’est bien ça le plus important !

LE LIVE

Après une première date au festival Marsatac et une deuxième au festival Fnac Live, on se rend compte que le live n’est pas non plus mis de côté. Comme tout le reste, The Blaze a bien l’intention de nous mettre une claque visuelle et auditive. Là non plus, rien n’est laissé au hasard.

Sur la scène, un espèce de cube géant sur lequel est diffusée une vidéo brumeuse se dresse face au public. Après quelques minutes d’intro où le duo fait monter doucement la pression, le voilà qui s’ouvre en deux laissant apercevoir la silhouette des deux cousins. En un instant, nous passons de l’ombre à la lumière avec eux.

Mais comme des images valent mieux qu’un long discours, on vous laisse constater par vous-mêmes.

 

Pour conclure, nous pouvons dire que The Blaze est probablement l’un des groupes les prometteurs de ces dernières années.
Tous les ingrédients pour faire d’eux les Daft Punk du 21ème siècle sont réunis. Ce sont de vrais artistes 360°, où le visuel a une place tout aussi importante que la musique qu’ils produisent.

Affaire à suivre donc…

Lire l’article:
BELIEVE RECORDINGS N’EST PLUS. VIVE ALLPOINTS !

 

Partagez cet article !